Le regard sur mon œuvre

Je fais du doute avec l'aide du hasard ou plutôt avec l'art d'apprivoiser ou de dompter celui-ci, toute mon expression.
Toujours laisser au regard du spectateur le moyen d'apporter sa pierre à la création de l'auteur, le moyen de s'y évader, d'y vagabonder et d'y rêver, bref d'imaginer.
Je me considère comme peintre "lyrique" : peinture de l'émotion disciplinée par une construction graphique et une élégance plastique.
J'essaie d'avancer, sans références aux idées reçues, aux institutions bonnes ou mauvaises, toujours douter pour pouvoir avancer.
Pour germer, ma réflexion a besoin, de solitude et de silence.
J'essaie de ne pas m'exprimer à travers la "peinture à programmes" comme disent les musiciens, c'est à dire : copier – interpeller – déformer – symboliser etc…
La nature n'évoque rien par elle-même, elle nous révèle à nous mêmes.
J'essaie de m'inspirer de toutes sortes d'éléments pouvant servir à ma construction lyrique : publicités, mes photos mes collages (c'est le terreau de ma création). Surtout j'essaie de faire abstraction de l'image que je vois pour en imaginer une autre, entrer dedans pour partir vers l'inconnu dans un monde que je vais construire.
Peindre ce n'est pas le plaisir physique de tenir un pinceau et d'étendre de la peinture sur une toile, ni de désirer reproduire une chose, une ambiance que l'on aime en utilisant certaines techniques utilisées par d'autres avant nous ou parallèlement à nous. C'est surtout et avant tout de surpasser le réel. C'est l'imaginaire, je ne pense pas qu'il soit nécessaire de dénoncer ou d'interpréter des idées, de lancer des messages ou de parler pour une cause.
Le temps fait que l'on reçoit des informations qui, au cours de notre existence viennent perturber notre fraîcheur, mais c'est aussi une richesse. Notre cerveau reçoit des quantités très importantes d'informations. Nous avons, je pense, la possibilité de "filtrer" celles-ci, mais on doit fabriquer ce "filtre" pour construire notre regard sur le monde. En l'occurence celui qui m'intéresse, c'est la démarche de ma création : épurer au fur et à mesure et toujours ne garder que l'essentiel.
Pour moi, c'est cela mon travail et il est loin d'être achevé (on est toujours parasité par le monde extérieur, un paradoxe, mais très utile, je crois).